Biennale du Design Saint-Etienne

biennale

Cette année, la biennale du Design de Saint-Étienne fête ses 10 ans ! Après la Téléportation, l’Empathie et le Sens du beau, la biennale jette son dévolu sur les méandres du travail ! Et je trouve ce thème vraiment approprié . Notre vision du travail a évolué et nous ne voulons plus nous enfermer dans de petits bureaux sombres avec un patron qui nous hurle dessus (en postillonnant, généralement, sinon c’est pas drôle!).

biennale bureaux google

Il suffit de voir comment les grandes entreprises ont remodelé leur manière de manager et comment elles ont repensé le confort de leurs équipes. L’exemple le plus connu est encore le groupe Google, avec ses locaux on ne peut plus ludiques et agréables à vivre.

La limite entre travail et loisirs s’atténue. On veut travailler comme à la maison, sans pression et chacun à son rythme. Et, au final, tout le monde est content car les salariés qui bénéficient de ses changements sont plus productifs et créatifs.

La biennale se propose donc de décortiquer tout ces changements, de montrer leur capacités, de prédire leurs futurs et de théoriser sur leurs probables retombées. Bon je vous l’accorde, dis comme ça, ça a plutôt l’air rébarbatif. Donc je vous ai fais une petite sélection d’événements qui, je pense, vous donnera envie d’aller y jeter un coup d’œil !

la gueule de l'emploi biennale

LA GUEULE DE L’EMPLOI

Tout le monde connaît cette expression qui ,par de nombreux jeux de stéréotypes, réussit à allier apparence physique et emploi. On trouvera dans cette exposition ,entre autre, des recherches et créations des étudiants-chercheurs du CyDRE et des projets d’étudiants de l’option Design de l’ESADSE. Je pense qu’il sera intéressant de voir quels sentiments des étudiants, et donc futurs travailleurs, ont par rapport à ce lien entre esthétique et technique.

« Par un subversif jeu de langage, retournant l’expression à l’envoyeur (…sinon à l’employeur), on peut chercher aussi à interroger le travail en regardant simplement la gueule qu’il a. »

Commissariat : CyDRE / Cycle Design Recherche de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne

Scénographie : CyDRE / Cycle Design Recherche de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne

Lieu : Site Manufacture – Bâtiment des Forces Motrices 3 Rue Javelin Pagnon 42000 Saint-Étienne

EXTRAVAILLANCES ≠ WORKING DEAD

Cette exposition veut nous faire réfléchir sur le remplacement irrémédiable de nos emplois par des machines car « la plus-value toute-puissante ne tolère plus qu’un travailleur l’ampute de cette coquetterie surannée : un salaire ! ».

Autrement dit, une machine coûte moins cher qu’un employé car elle ne demande pas de salaire. « L’avenir de l’emploi appartient aux générateurs automatiques du profit, rien d’autre. »

Comment allons-nous évoluer, nous adapter ? « Dans nos demains, travail ne vient plus de labor ni de rabota, souffrance et servitude, mais bien d’un opéra « ouvrage, activité » ? On ne travaille plus, on « met en œuvre ». On ouvre et on crée : ensemble. Avec extravaillance ! »

Commissariat : Alain Damasio, Norbert Merjagnan

Scénographie : Didier Fiuza Faustino Invité spécial : Le collectif Zanzibar

Lieu : Bâtiments H – Site Cité du design 3 Rue Javelin Pagnon 42000 Saint-Étienne

biennale extravaillance

work'em all biennale

Ce projet m’a l’air vraiment très intéressant car il va nous faire réfléchir et nous avertir sur… les risques du métier ! En effet, comme je l’expliquais en introduction, la frontière entre loisirs et travail s’amenuise de jour en jour. Et le risque est grand de voir nos activités de loisirs se transformer en travail non-rémunéré. Work’em All nous montre à quel point nous pouvons être appâtés par une activité ludique et gratuite mais qui cache bien des choses.

WORK’EM ALL

« Par l’intermédiaire de diverses interfaces, les visiteurs sont invités à jouer à des jeux vidéo basés sur des règles simples (éteindre ou allumer des voyants lumineux, viser des cibles, déplacer des objets virtuels…). Ces actions produisent des données numériques qui servent à générer automatiquement une affiche incluant des éléments statistiques et factuels sur l’activité du visiteur (temps passé à jouer, taux de réussite, manipulations effectuées…). Toutes les 20 minutes, l’affiche co-construite par les joueurs est imprimée et mise en vente en boutique en récompense ironique de leur travail. Au lieu d’une juste rémunération, le « travailleur » n’a que le droit d’acquérir, en payant, le fruit de son labeur. »

Commissariat : Johann Aussage, Damien Baïs, David-Olivier Lartigaud et Jacques-Daniel Pillon avec Martin Guillaumie et Pierrick Faure et les étudiant(e)s de la mention Média de l’ESADSE.

Lieu : Bâtiment H – Site Cité du design 3 Rue Javelin Pagnon Saint-Étienne

Par ce petit avant-goût, j’espère vous avoir donné envie d’aller voir cette biennale. Et si ce n’est pas la cas, n’hésitez pas à aller directement sur leur site internet où vous pourrez voir le programme complet. Sachez que cette année, la biennale regroupe 1 parcours d’exposition, 15 projets de l’ESADSE, 9 écoles d’art et de design, 11 commissaires d’expositions, 30 lieux d’événements, 9 labos mobiles d’entreprise… Autant vous dire que vous allez forcément trouver quelque chose qui vous plaît !

Informations Pratiques

Jours et horaires d’ouverture

Du 9 mars au 9 avril 2017

Tous les jours de 10h à 19h

Nocturne le vendredi 10 mars 2017 jusqu’à 22h

Site Manufacture – Cité du design

Sources

www.biennale-design.com


SUIVEZ-NOUS!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *